Accueil > Actualité / Informations > Les raisons de la fermeture de Kawenga

Les raisons de la fermeture de Kawenga

mardi 7 octobre 2014

L’Europe s’engage ! Mais se désengage aussi !

Depuis un an Kawenga Territoires Numériques a cessé d’exister.
Il s’agissait d’un projet, d’une équipe, d’actions et de publics réunis autour d’une conception /idée / volonté / désir /acceptation / affirmation des technologies numériques propices à des situations de partage ou de transmission, de nouveaux savoirs-faire, de nouveaux modes d’écriture et d’expression du sensible.
Un extraordinaire terrain d’expérimentation qui a permis d’inaugurer une économie de l’innovation, des modes de diffusion artistique et culturelle, de pratiques artistiques à l’échelle d’un territoire régional.

Il apparaît nécessaire aujourd’hui d’indiquer publiquement les raisons pour lesquelles cette aventure a pris fin.
La situation financière de l’association a été mise à mal par un contrôle sur l’instruction des projets bénéficiaires de financements européens en 2007, dont celui de l’association Kawenga (à l’époque de l’ « Espace Culture Multimédia Kawenga »).
Ce contrôle a révélé plusieurs manquements dans l’instruction du dossier et cela devaient induire des remboursements conséquents de la part de Kawenga, mettant en péril la viabilité de l’association.
En la sorte, Kawenga territoires numériques a été mis à mort par l’inaptitude voire l’impossibilité des services de la préfecture à respecter des directives européennes sur des projets portés par l’équipe de l’ECM. Et pour ajouter une touche de cynisme à cette situation difficile, l’association était depuis 2011 en attente du paiement d’un financement européen ! Ce qui a augmenté les difficultés d’une gestion déjà mise à mal par un précédent contrôle et redressement du Fonds Social Européen réalisé en 2008, au moment de l’entrée dans les nouveaux locaux du projet Kawenga territoires numériques et de la nouvelle équipe.
Au regard des faits on aurait pu penser à un acharnement politique à déboulonner un projet pertinent et économiquement viable, reconnu, via ses réseaux de coopération, à l’échelle nationale et internationale avec un fort ancrage local.
Mais cela serait vraiment un non-sens de réduire ainsi à néant un projet réunissant plusieurs dizaines de partenaires, faisant travailler sept permanents et plusieurs artistes en région sur différents projets et actions.
Cela n’aurait vraiment pas de sens d’acculer l’association à cesser son activité et par là-même faire fi des récents investissements réalisés par les collectivités territoriales et l’État dans l’aménagement des nouveaux locaux de l’association boulevard Louis Blanc à Montpellier.

C’est pourtant l’absence de sens qui a entraîné les procédures prévues et implacables, et ce non-sens a creusé un vide amplifié par l’absence de soutien des partenaires du projet.
L’équipe a été soufflée par la rapidité des événements, en quelques semaines la liquidation judiciaire a entraîné les licenciements et des situations extrêmement difficiles.
Ce qui est surtout douloureux c’est l’absence d’analyse de cette situation (efficience des politiques européennes ?) et l’absence de mémoire de la part des institutions impliquées dans ce drame.
L’épisode Kawenga rejoint celui d’autres structures victimes de l’absence de politiques culturelles affirmées et pérennes. Mais restons persuadés de la fertilité de ces initiatives...

Après cette terrible tempête il importe de saluer dignement les partenaires, les usagers, contributeurs et collaborateurs de ce formidable projet qui a donné lieu à bon nombre de réalisations et d’actions dans la joie et le plaisir de faire ensemble.
À bientôt sur de nouveaux paysages, trajectoires...

Répondre à cet article

Priorité au Logiciel Libre! Je soutiens l'April.
SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
Habillage visuel © digitalnature sous Licence GPL