Accueil > Actualité / Informations > La FSF veut que le libre aussi soit promu sur les sites publics

La FSF veut que le libre aussi soit promu sur les sites publics

lundi 20 septembre 2010, par pascal


L’organisation pro-logiciel libre lance une pétition. Selon elle, promouvoir ou imposer des logiciels propriétaires revient à faire de la publicité aux éditeurs et à réduire les libertés citoyennes.


Discours, formulaires, communiqués de presse, rapports, projets de loi, décrets... Les sites Internet publics et gouvernementaux regorgent de documentation à télécharger. Ces documents sont la plupart du temps en PDF, un format de fichier créé par Adobe et lisibles, entre autres, sur son logiciel Acrobat Reader.

La branche européenne de la Free Software Foundation lance en effet une pétition en ligne

pour demander aux gouvernements européens de ne plus recommander uniquement l’usage d’Acrobat pour lire les PDF, comme ils le font souvent. Pour la FSF, cela revient à faire de la publicité pour des produits commerciaux. Or "de telles publicités vont à l’encontre de la règle d’impartialité et encouragent les citoyens à utiliser des technologies qui restreignent leurs libertés, indique la fondation. Le rôle du gouvernement n’est pas de supporter certains acteurs du marché plutôt que d’autres".

Même constat pour les vidéos 

De fait, en allant faire un tour sur le site Internet du gouvernement français, on s’aperçoit que les liens vers les communiqués du Premier ministre sont accompagnés du logo d’Acrobat. Idem pour les rapports téléchargeables sur le site de l’Élysée (comme le plan Alzheimer). Plus cocasse, la rubrique dédiée à l’accessibilité Web

sur le site de l’Éducation nationale met à disposition une batterie de documents tout en recommandant en bas de page de télécharger Acrobat pour les consulter. Ce qui est un peu contradictoire...

Les documents écrits ne sont pas les seuls concernés. Alain Coulais, de l’Aful, pointe du doigt les formats vidéo du streaming (en Flash, de Adobe) et de la VOD du site de l’Assemblée nationale, qui nécessitent d’installer Windows Media Player de Microsoft. Même chose chez nos voisins. Le site Number10.gov.uk du Premier ministre britannique indique qu’il faut avoir Flash pour profiter de la visite virtuelle du 10 Downing Street, résidence du chef du gouvernement. Sur governo.it, le site du conseil des ministres italien, les pages proposant des vidéos affichent trois logos : Real Player, QuickTime et Windows Media Player. Mais pas de logiciel libre.

Répondre à cet article

Priorité au Logiciel Libre! Je soutiens l'April.
SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
Habillage visuel © digitalnature sous Licence GPL