Accueil > Actualité / Informations > Une nécessité d’utiliser les logiciels libres pour les projets de la ville (...)

Une nécessité d’utiliser les logiciels libres pour les projets de la ville d’Amsterdam portant sur les données

mardi 6 mars 2018

La ville néerlandaise d’Amsterdam s’appuie sur des logiciels open source pour mettre au point et déployer des solutions qui intègrent cartographie et données

Ces solutions facilitent le travail des équipes d’entretien de la ville, de la police, des pompiers, des services de secours et facilitent les interactions entre les citoyens et l’administration. L’utilisation de l’open source permet à la capitale de créer et de lancer rapidement de nouveaux services.

https://joinup.ec.europa.eu/news/essential-enabler

Selon Boris Van Hoytema, consultant open source qui assiste le département des données d’Amsterdam, tous les services de la ville ont pris note. Le département, qui compte un peu plus de 50 développeurs, exploite aujourd’hui ses données pour généraliser des solutions de type « ville intelligente ». Un exemple bien connu est l’application smartphone Klaag (Plainte), qui permet aux citoyens de signaler les nuisances et les troubles à l’ordre public. Selon Van Hoytema, l’Open Source est un élément essentiel dans le fonctionnement de la ville.

En décembre dernier, lors du Sommet Open Source de Paris, Van Hoytema a présenté la politique open source du département des données d’Amsterdam. La page Github du département https://amsterdam.github.io/projects contient le code source des solutions libres en matière de participation citoyenne, des API en open data, un service Web d’agrément et d’autres logiciels.

Open Source à Amsterdam
La ville d’Amsterdam est à la fois utilisatrice, contributrice et développeuse de projets Open Source.
La gamme de projets va d’un système de traitement panoramique à 360° jusqu’au serveur de protocole libre d’autorisation et d’utilisation d’application OAuth 2.0 écrit en langage Go.
Nous publions le code source de nos projets sur GitHub.com/Amsterdam. Nous publions le code source sous licence Open Source (le plus souvent MPL2.0) qui autorise quiconque de prendre connaissance des sources, d’en copier le code et de l’utiliser dans le cadre de ses projets
Nous ne fournissons aucune caution ou garantie sur la réutilisation de nos sources dans d’autres projets.

Selon Van Hoytema, Amsterdam s’est rendu compte que son mode de traitement en continu des données confère à la ville essentiellement le caractère d’une organisation de type logiciel. « La politique publique est un code exécuté par les humains. Le code source est une politique exécutée par les machines », dit-il. Une nouvelle génération des décideurs informatiques se rend compte que la ville se doit d’en conserver la maîtrise et donc que les contrats doivent éviter de déléguer le contrôle des logiciels à des vendeurs.

À Paris, Van Hoytema explique que le département des données d’Amsterdam pratique une active politique de contacts avec des services similaires dans d’autres villes, par exemple Barcelone (Espagne), Helsinki (Finlande) et Århus (Danemark). « Dès maintenant nous partageons défis et solutions et nous sommes à l’œuvre pour mettre au point des méthodes communes de travail et de gestion de nos projets open source ».

Open Source Observatory traduction pour Montpel’libre.

Répondre à cet article

Priorité au Logiciel Libre! Je soutiens l'April.
SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
Habillage visuel © digitalnature sous Licence GPL