Accueil > Actualité / Informations > Des codes 2D à l’Internet des objets

Des codes 2D à l’Internet des objets

jeudi 10 mars 2011


Le jeudi 10 mars à 19h00, entrée libre


À l’heure où les appareils de communication mobiles pourvus de capteurs d’images deviennent ominiprésents (typiquement : un téléphone portable incluant la fonction "appareil photo"), Kawenga souhaite faire le point sur les codes 2D et les applications ou usages qui en découlent. S’il existe différentes normes, les QR codes s’imposent du fait de leur gratuité (licence libre) et de leur popularité internationale. Ils peuvent stocker jusqu’à 7089 caractères numériques ou 4296 caractères alphanumériques. Bien au delà de la capacité du classique code-barres (ou la lecture des informations se fait sur un seul axe) qui est de 10 à 13 caractères.
Ils peuvent donc contenir des adresses web, du texte, des numéros de téléphone, ou tout autres types de données ’lisibles’ par les terminaux mobiles équipés d’une application de lecture de ces codes (laquelle est soit pré-installée soit téléchargeable gratuitement sur Internet). On peut générer ces codes rapidement, simplement et gratuitement (par exemple sur Internet :
ici, ici ou ici). Ce nouveau moyen de communication offre de nouvelles possibilités d’interactions entre monde physique et monde numérique et ouvre un champ d’explorations possibles.
Ainsi, l’Internet des objets représente l’extension d’Internet à des choses et à des lieux dans le "monde réel".
Des objets ayant des identités et des personnalités virtuelles, opérant dans des espaces intelligents et utilisant des interfaces intelligentes pour se connecter et communiquer au sein de contextes d’usages variés.

 


INTERVENANT :
Nicolas Merle, architecte de projet en TIC globale, créateur d’idées et de concepts.


 

Répondre à cet article

Priorité au Logiciel Libre! Je soutiens l'April.
SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
Habillage visuel © digitalnature sous Licence GPL