Accueil > Actualité / Informations > Enjeux et perspectives du numérique et d’Internet

Enjeux et perspectives du numérique et d’Internet

vendredi 24 juin 2011


Racketiciels
En quelques années, le taux d’équipement des ménages en informatique a explosé. Des ordinateurs, vous en trouvez partout, de toutes les tailles, de toutes les puissances et même de toutes les couleurs. Et pourtant, encore aujourd’hui, il est quasi impossible d’acheter un ordinateur sans des logiciels préinstallés, c’est-à-dire sans un Windows (système d’exploitation) et sans un Pack Office (suite logicielle) du tout-puissant Microsoft.



On ne vous demande pas votre avis, c’est comme ça. Or, sur le prix global d’un ordinateur, 10 à 30% de la somme correspondent aux logiciels installés. Évidemment, cette ventilation des prix entre la partie matériel (hardware) et la partie logiciel (software), vous ne la voyez jamais. Vous n’êtes pas non plus informés des conditions d’usage de certains logiciels qui peuvent n’être que des versions de test. Dans un monde idéal, vous pourriez donc acheter votre machine jusqu’à 30% moins cher et installer ensuite le système d’exploitation de votre choix, un système libre comme Ubuntu, et une suite logicielle libre, comme LibreOffice.


 


Eh bien, non, ce choix n’est pas encore possible. Cette situation profite avant tout à Microsoft, qui maintient ainsi sa situation de quasi-monopole sur le marché des systèmes d’exploitation. Pourtant, des solutions techniques existent, permettant par exemple que l’acquisition d’un logiciel soit optionnelle. Des associations de consommateurs (UFC-Que Choisir) et du logiciel libre (Aful, April) demandent depuis des années la fin de cette pratique illégale et déloyale, et notamment un affichage réglementé des prix du matériel et des logiciels, une information précise sur les conditions d’usage des licences et une offre diversifiée de logiciels.



Plusieurs décisions de juridictions de proximité ont sanctionné cette pratique de vente liée ordinateurs/logiciels. Mais, pour autant, les pouvoirs publics ne semblent pas vouloir confirmer cette tendance. L’UFC-Que Choisir vient donc demander au gouvernement une action législative pour garantir au consommateur le droit de choisir.


 


Pour être plus efficace, il faudrait pouvoir mener des actions de groupe qui permettraient aux consommateurs de faire valoir leurs intérêts collectivement. Malheureusement, promise en 2007 par Nicolas Sarkozy, l’action de groupe ne fait pas partie du projet de loi visant à « renforcer les droits, la protection et l’information du consommateur », que le gouvernement défendra début juillet à l’Assemblée nationale.


 


Article publié dans Charlie Hebdon°991 du 15/06/11


Pour en savoir plus : http://racketiciel.info

Répondre à cet article

Priorité au Logiciel Libre! Je soutiens l'April.
SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
Habillage visuel © digitalnature sous Licence GPL