Accueil > Actualité / Informations > Le Logiciel Libre du mois > Le Logiciel Libre du mois - Décembre 2011 - OpenStreetMap

Le Logiciel Libre du mois - Décembre 2011 - OpenStreetMap

mardi 22 novembre 2011


OpenStreetMap est un projet qui a pour but de créer des cartes libres du monde sous licence libre, en utilisant le système GPS et d’autres données libres. Il a été initié en juillet 2004 par Steve Coast au University College de Londres. Par l’utilisation de moyens informatiques basés sur Internet qui permettent l’intervention et la collaboration de tout utilisateur volontaire, OpenStreetMap relève de la géomatique 2.0 et est aussi une contribution à ce qui est appelé la néogéographie.


Le constat de Steve Coast a été que l’agence cartographique publique de son pays, l’Ordnance Survey, conserve le droit de reproduction à son profit, alors qu’elle est financée par ses principaux utilisateurs, les contribuables britanniques.


La situation est identique dans la quasi-totalité des États, excepté les États-Unis dont la constitution interdit ce double financement. Aux Pays-Bas et au Canada, une partie des données géographiques numériques sont libres ou le seront bientôt.


La mise en ligne de certaines cartes (le Géoportail de l’Institut géographique national français, par exemple) ne correspond pas à une publication libre, puisque la reproduction, la réutilisation ou la modification sont presque toujours soumises à des restrictions importantes.


L’activité déployée pour OpenStreetMap s’inscrit dans le courant de la culture libre, qui préconise les logiciels les plus ouverts possibles. La plupart des utilisateurs souscrivent à l’idée d’empêcher l’appropriation définitive par des organismes commerciaux de biens dont l’ensemble de la communauté a besoin.


À la manière de Wikipédia, tous les internautes naviguant dans le Web peuvent contribuer à la création et à la numérisation de cartes. Des éditeurs permettent de réaliser en ligne des cartes en se basant sur un fond d’image satellitaire mis à disposition par Microsoft. Cependant, ces images satellitaires ne couvrent pas en haute résolution l’ensemble du globe. C’est pourquoi il est possible d’introduire des données provenant de récepteurs GPS. Il suffit de réaliser un itinéraire et de positionner le récepteur GPS en mode enregistrement, puis de le restituer sur le serveur de données d’OpenStreetMap situé au Royaume-Uni et géré par la Fondation OpenStreetMap.


En savoir d’avantage ici et .

Répondre à cet article

Priorité au Logiciel Libre! Je soutiens l'April.
SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
Habillage visuel © digitalnature sous Licence GPL